Les Résistants du Libre

Le concept de Liberté prend son sens dans la lutte qui s’oppose entre le monde des « propriétaires » dominants (« privateurs » du droit de la propriété intellectuelle) et le monde émergeant des Communs mis au service de tous.

Notre monde globalisé n’échappe pas à la gestion numérique rythmée par des dispositifs électroniques, aux codes informatiques qui dictent leurs logiques. Inaccessibles pour la plupart d’entre nous, ils sont pourtant conçus pour nous simplifier notre rapport au monde. Leurs concepteurs partent du principe que moins nous en saurons, plus nous resterons des clients captifs et des citoyens passifs. Big pharma, médias, firmes informatiques et bio-technologies gèrent le Savoir incorporé dans leurs produits. Ainsi, ils ont créé par la propriété intellectuelle, l’économie de la connaissance.

Ceux que l’on nommera les Résistants du Libre, œuvreront pour que la société civile retrouve son autonomie, se réapproprie les savoirs en développant les pratiques contributives afin de les rendre accessibles au plus grand nombre. Oui, mais dans quel domaine ?

« Que ce soit dans le domaine médical, boursier, industriel, éducatif, ou même agricole, il n’existe presque plus de secteurs d’activité ayant échappé à l’emprise du code informatique. Nous en dépendons dans tout secteur de l’activité humaine dans lequel le savoir est clef » dixit Philippe Borel, réalisateur du documentaire La bataille du Libre dont vous pourrez découvrir sur le web, gratuitement, la version courte Internet ou la révolution du partage. Ce documentaire réalisé en 2019 présente des hommes et des femmes qui ont choisi d’agir contre « l’enclosure » pour partager à la communauté, la connaissance et ainsi la rendre plus libre de ses actes et de ses choix.

 Qui sont-ils ?

« Je considère le téléphone portable comme le rêve de Staline. Qu’est-ce que Staline aurait voulu donner à chaque habitant de l’Union Soviétique ? Un tel dispositif pour le suivre et l’écouter. Mais la technologie n’existait pas. Pauvre Staline ! ».

Richard Stallman est le fondateur du mouvement libre et des Free-software. Hacker et chercheur au M.I.T (Massachusetts Institute of Technology), il lance, en 1983, le projet GNU et la licence publique générale GNU connue aussi sous le sigle GPL (licence de logiciels libres, où l’utilisateur a accès aux codes). Il est considéré comme le père fondateur du mouvement du logiciel libre. Le logiciel libre respecte la liberté de l’utilisateur.

Il y a 4 libertés essentielles que chaque utilisateur devrait avoir :

  • Liberté 0 > liberté d’exécuter le programme de n’importe quelle manière selon vos envies
  • Liberté 1 > liberté d’étudier le code source du programme et de le modifier afin de lui faire ce que l’on souhaite
  • Liberté 2 > liberté d’distribuer des copies à d’autres gens, où on veut et donc de re-publier le programme
  • Liberté 3 > liberté de distribuer des copies de la version modifiées

Système social de partage de ce programme est un système éthique qui respecte la Liberté et la communauté des utilisateurs.

Anthony Di Franco – Open Insulin Project

Dans le cas de la médecine, les brevets bloquent les médicaments génériques et rendent les autres médicaments inaccessibles financièrement à des millions de gens qui peuvent en mourir. C’est pourquoi, à San Francisco se développe l’Open Insulin Project pour garder un meilleur contrôle de la technologie qui permet aux diabétiques de rester en vie.

Ce bio hacker space communautaire essaie de fabriquer de l’insuline open source. « Les trois plus grands fabricants d’insuline en occident ont fait monter les prix de l’ampoule de 15 ou 20 dollars à plusieurs centaines de dollars. » Ils arrivent à produire la pro-insuline, mais ils n’arrivent pas à un rendement suffisant pour transformer la pro-insuline en insuline.

Vandana Shiva, écologiste, prix Nobel alternatif de 1993 gère la Ferme de l’ONG Navdanya où elle transmet aux femmes de vieilles variétés de graines « parce que ce que fournit le gouvernement, ce ne sont que des semences issues du secteur privé, non-renouvelable, et des variétés qui donnent peu. » Vandana Shiva a créé cette ferme pour la liberté d’utilisation des semences, pour empêcher que des semences anciennes disparaissent et que l’on n’ait plus d’autres choix que d’acheter les semences OGM de Monsanto. Elle dénonce d’ailleurs qu’ils aient tenté de s’approprier de vieilles variétés en les brevetant. L’ONG les a attaqués en Justice : Monsanto a renoncé à ce brevet. « Monsanto perçoit des royalties sur des semences, Microsoft perçoit des royalties sur des logiciels. Tous les milliardaires d’aujourd’hui sont des rentiers. Ghandi appelait ça le péché capital : obtenir de la richesse sans travailler ! » Pour elle, les grandes firmes se sont appropriées des outils qui se trouvaient dans le domaine public en utilisant la propriété intellectuelle pour les privatiser et accroitre leur domination.

Pour découvrir davantage de portraits de citoyens engagés dans le partage des savoirs et de la connaissance, l’équipe de l’Hypocrite vous conseille vivement de visionner le documentaire de Philippe Borel qui prend tout son sens face à l’arrivée des nouveaux vaccins contre la Covid-19.

Au plus proche de chez vous

Vous pouvez également vous rendre sur le campus de Rennes 2, à l’Edulab, fablab (laboratoire de fabrication numérique) de l’université. Vous pourrez y rencontrer Valentin Samson, qui accompagne le projet et sensibilise sur les communs. En mettant à disposition des machines-outils pilotées par ordinateur, vous pourrez concevoir et réaliser des objets grâce à des données open source dans un esprit collaboratif. Leur politique s’inscrit dans celle des Communs : ressource (bien commun) gérée collectivement par une communauté qui respecte des règles et une gouvernance précise dans le but de préserver et de pérenniser cette ressource. De nombreuses initiatives, communautés existent sur Rennes et ailleurs. Il ne suffit que d’un pas pour tenter de changer le monde et de faire de la Liberté dans votre quotidien votre nouveau fer de lance.

Sur le même thème

Cabu, ses rires et mes souvenirs

Juin, artisan du geste parfait

Les Résistants du Libre